Make your own free website on Tripod.com

Historique du service des incendies de Québec : les casernes et les véhicules.

1765-1990

Les débuts jusqu'aux années 1920

Les origines du service des incendies de Québec remontent au régime Français. À ce moment, les autorités décrètent des mesures pour réduire le risque d'incendie. Par contre, les habitants de Québec ont vécu plusieurs incendies qui détruisirent des quartiers entiers. Ce n'est que lors du passage de l'autorité aux Anglais que d'autres mesures concrètes ont été élaborées. En 1765, le gouverneur Anglais de l'époque, James Murray, créa la société du feu. Cette société était constituée de plusieurs compagnies de volontaires réparties dans la Cité de Québec. Ces compagnies étaient équipées de chaudières, de pompes à bras et de quelques boyaux. Lors de la création de la Ville de Québec en 1833, il y avait 9 compagnies formées de volontaires. Ce système avait ses défauts et on créa alors la Brigade de feu à l'automne de 1866. À l'origine, cette brigade est constituée de 6 casernes et ses premiers appareils sont une pompe à vapeur Silsby et la pompe à vapeur de la Québec Fire Insurance Co. La Caserne 1 était sur la rue St-Louis, la caserne 2 au marché Berthelot, la caserne 3 au marché Jacques Cartier, la caserne 4 au marché St-Paul, la caserne 5 sur la rue St-Paul et finalement la caserne 6 dans le quartier Champlain. Le chef de l'époque, James S. Ferguson, implante le système Ganewell, soit l'ancêtre des systèmes de répartition actuels. Deux nouvelles casernes apparaissent en 1880 : une sur la rue St-Ursule qui vient remplacer celle de la rue St-Louis et, la caserne 4, qui est reconstruite. En 1889, on construit la caserne 7 sur la rue Boisseau dans le quartier St-Sauveur. Les casernes 3 et 5 sont reconstruites en 1893, respectivement sur la rue Caron et à l'intersection des rues St-Pierre et St-Paul. Une nouvelle caserne, la numéro 8, située au coin des rues des Oblats et de l'Aqueduc, est bâtie en 1893. La caserne 1 située sur la Côte de la Fabrique, soit dans le sous-sol de l'hôtel de ville, est construite en 1895; elle remplace celle située sur la rue Sainte-Ursule. La caserne 9 de la rue Saint-Amable suivra en 1901. Le poste de pompier # 2 sise sur la rue Richelieu, est bâtie en 1907. En 1910, la caserne #10 est construite dans le quartier St-Charles sur la 5e rue et, pendant ce temps, dans le quartier Limoilou, la caserne #11 est construite sur la rue de l'Espinay. Enfin, une caserne provisoire, la #12, est construite dans le quartier Montcalm (sur la rue Belvédère). En 1912, à la suite de l'incendie de la caserne #5, on la reconstruit sur la rue Dalhousie. La caserne #6 est construite sur la rue des Sapeurs (près du Boulevard Champlain). Finalement, c'est en 1912 que la Brigade du Feu de Québec achète ses premières voitures : ce sont deux voitures à boyaux postées aux casernes 1 et 3. En 1913, la ville achète ses premières échelles aériennes : deux échelles de 65 pieds et deux échelles de 75 pieds. On acheta aussi deux camions remorque pour tirer les échelles des casernes 3 et 5; les deux autres sont tirées par des chevaux. La caserne 3, sur la rue Dorchester, construite en cette année, reçoit une nouvelle pompe à vapeur. Durant l'année 1914, la caserne #12 est reconstruite sur la rue Crémazie; elle remplace la caserne construite sur la rue Belvédère. C'est au début des années 1920 que des pompes motorisés viennent remplacer les pompes à vapeur un peu partout en Amérique du Nord. La ville de Québec ne fait pas exception. En effet, la première pompe motorisée, une Seagrave de type F, est mise en service à la caserne 5 en 1923. Durant ce même millésime, la caserne #13 est construite sur la rue Kitchener (la rue Marie-Rollet de nos jours) pour couvrir le quartier St-Sacrement. L'année suivante, en 1924, on acquit deux nouvelles voitures à boyaux et une pompe de 450 gpm. Le quartier St-Pascal de Maizeret se voit aussi doter de son poste de pompier en 1927 : la caserne 14 est bâtie sur le chemin de la Canardière. En 1929, on achète une pompe American Lafrance pour la caserne 9 sur la rue St-Amable.

Années 1930

Dans le années 1930, on voit le service de distancer de plus en plus de celui avec des chevaux. Deux grosses pompes Seagrave de 1000 gpm US furent achetées en 1932 et en 1935. Ces deux véhicules existent encore aujourd'hui. C'est en 1937 qu'on retira les dernières bêtes équestres du service. Ceux-ci étaient en service à la caserne 12 sur la rue Crémazie. Durant les années 1930, on implante aussi un nouveau système d'alarme. Fonctionnant avec un système à ruban et un gong, il transmet le numéro de la boîte d'alarme à toutes les casernes. Totalement autonome, il est situé au 5e étage de l'hotel de ville. On introduit aussi la première échelle mécanique en 1936. De marque Bickle-Magirus, cette échelle de quatre sections avait une longueur de 100 pieds. Elle était en service à la caserne 3 sur la rue Dorchester. Malheureusement, ce véhicule fut détruit dans l'incendie de la compagnie Modern Fruit sur la rue Saint-Pierre en 1961. En 1937, on acheta 5 voitures à échelles Ford. Ces véhicules, équipés de timoniers, transportent diverses longueurs d'échelles manuelles et sont postés aux casernes 2, 7, 8, 9 et 11. Il faut bien dire que le service a acquis durant les deux dernières décennies plusieurs autres petits véhicules : voitures à boyaux, voitures chimiques ou plus petites pompes sur des châssis commerciaux. On assiste dès lors à la création d'une brigade moderne.

Voici quelques photos de casernes et véhicules en 1936 :
(photos collection privée)

Caserne 1
Pompe Bickle Custom

Caserne 3
Pompe Lafrance Custom

Caserne 9
Pompe Lafrance Custom

Caserne 11
Voiture chimique Fisher / Bickle

Années 1940

Les années 1940 furent surtout marquées par la guerre, ce faisant, les villes n'acquièrent pas beaucoup de véhicules incendies. En 1940, deux voitures à boyaux sur châssis Ford furent achetées et on achète aussi quelques pompes et voitures de secours sur des châssis commerciaux. Mais, ce qu'on pourrait qualifier d'achats très importants ne furent effectués qu'à partir de 1944. En effet, entre 1944 et 1949, plusieurs véhicules furent acquis. Commencant en 1944, on achète chez Seagrave une pompe de 1000 gpm et une échelle avec timonier de 85 pieds. Ces deux véhicules ont été mis en service à la caserne 1, située dans le sous-sol de l'hôtel de ville. Le véhicule 928, qui a la distinction d'être un des seuls American-Lafrance en service à Québec, entre en service en 1944 à la caserne 8 sur la rue des Oblats. Elle provenait du gouvernement fédéral pour protèger les installations aux alentours. En 1948, une autre pompe, une Seagrave de 1000 gpm, est achetée et placée en service à la caserne 3 sur la rue Dorchester. Finalement, en 1949, deux véhicules se rajoutent à la flotte. Ce sont deux échelles avec timonier de marque Seagrave semblables à celle achetée en 1944. Ces deux véhicules sont mis en service aux casernes 5 et 10. Ils ont des échelles hydrauliques de 85 pieds et sont munis de moteurs à essence V12 d'une cylindrée de 906 pouces cubes qui produisent 270 hp.

Échelle 10 : Seagrave 85 pieds 1949
(photo collection Club Appel 99)

Années 1950

Une série d'innovations apparaissent dans le monde des incendies durant les années 1950. C'est durant ses années que l'on voit apparaître des pompes de plus grandes capacités, des cabines fermées sur les véhicules et des équipements de protection de meilleure qualité. Trois acquisitions que l'on pourrait qualifier d'importantes ont été effectuées en 1955-1956. En effet, on achète alors deux pompes Thibault custom et une échelle Mack-Magirus. Les deux pompes Thibault sont de modèle WIT et possèdent des cabines de type sedan. Avec des cabines semblables à des châssis commerciaux de l'époque, ils possèdent des moteurs à essence Waukesha de 817 pouces cubes qui produisent près de 300 hp. La pompe Thibault de 1955, attitrée à la caserne 5 sur la rue Dalhousie, possède une pompe de 1050 gallons à la minute. Celle de 1956, attitrée à la caserne 9 sur la rue Saint-Amable, possèdent, quant à elle, une pompe de 1250 gallons à la minute. C'est aussi durant cette décénie que l'on voit l'apparition des appareils radio sur les véhicules de la brigade.

Échelle 12 : Mack-Magirus 100 pieds 1955
(photo collection Club Appel 99)


Années 1960

La ville effectue plusieurs achats de véhicules durant les années 1960. Partant en 1962, on achète trois véhicules. Une échelle aérienne Thibault de 100 pieds qui a la distinction d'être le premier véhicule " custom " (conçu et assemblé au complet par la même entreprise) fabriqué en Amérique du Nord. On achète aussi du même coup une pompe Thibault sur châssis International. Finalement, une plate forme Snorkel-Trump de 65 pieds est acheté et posté à la caserne 5. L 'année 1963 amène l'achat d'une pompe Seagrave pour la caserne 6. En 1965, on achète une échelle de 100 pieds de Thibault sur un châssis IHC VC 200. Cette échelle, ayant le pivot au centre du véhicule, est assignée à la caserne 8 et remplace la voiture à échelles Ford qui est de service à cette caserne depuis 1937. Dans la même commande, il y a aussi deux autopompes de 1050 gpm sur le même châssis IHC VC 200 et deux voitures à boyaux. Entre 1968 et 1969 on commande deux autopompes et trois pompes-échelles 1050 gpm de 75 pieds, sur le même châssis et dans le même style, que les véhicules achetés en 1965. Une des pompes-échelles est reçue en 1968, le deux autres le sont en 1969. Les autopompes, aussi de 1050 gpm, sont mises en devoir en 1969 et au début de 1970. Du côté des casernes, on applique quelques recommandations du rapport Ross : on ferme les casernes 6, 7, 9 et l'on déplace la caserne 11. Ces casernes sont situées, respectivement, sur la rue des Sapeurs, sur la rue Boisseau, la rue St-Amable et la rue de l'Espinay. La nouvelle caserne 11, située sur la rue des Pins est ouverte en 1968. La raison de ces changements est que les anciennes casernes étaient souvent situées proches l'une de l'autres et, dans certains cas, le bassin de population et les commerces s'étaient déplacés et les casernes ne couvraient plus adéquatement leur quartier respectif.

On a ainsi la répartition suivante des 10 casernes de la brigade à la fin des années 1960:

Caserne 1 Hôtel de ville
Caserne 2 rue Richelieu
Caserne 3 rue Dorchester
Caserne 5 rue Dalhousie
Caserne 8 rue des Oblats
Caserne 10 5e rue
Caserne 11 rue des Pins
Caserne 12 rue Crémazie
Caserne 13 rue Marie Rollet
Caserne 14 chemin de la Canardière

Années 1970

Les années 1970 amènent plusieurs nouveautés, on voit l'introduction de la mousse, des pinces de désincarcération et des coussins de levage. C'est aussi durant ces années qu'on voit la première unité de secours et les premiers véhicules fonctionnant au diesel. En ce qui concerne les casernes, en 1970, on ferme la caserne #12 et on re-localise ses ressources au poste #2 sur la rue Richelieu qui devient alors la nouvelle caserne 12. Avec l'annexion des villes de Duberger, de Les Saules, de Charlesbourg-Ouest et de Neufchatel, plusieurs casernes sont rajoutées. En fait, la caserne #4 est créée sur le boul. Masson (quartier Les Saules) et la caserne #2 sur la rue Duberger (quartier Duberger). C'est en 1972 aussi que la centrale administrative est ouverte au 140 St-Jean. Elle sera la caserne #12 et remplace la caserne sur la rue Richelieu. Seulement une année après la fusion de Les Saules, la caserne 4 sur le boul. Masson est remplacée par la nouvelle caserne 4 sur le Boul. de l'Ormière (quartier Neufchâtel). En 1973, la flotte des échelles se voit augmenter de deux véhicules. En fait, la ville achète un timonier neuf et rebâtit un deuxième. Elle achète un timonier Thibault de 100 pieds tiré par un tracteur International 1973. On réutilise une partie du timonier Seagrave 1949 de la caserne 10, en lui donnant un nouveau tracteur. En 1975, on passa une des plus grosses commande de véhicule. En fait, on commande deux autopompes de 1250 gpm sur châssis Kenworth et une mini-pompe de 200 gpm sur châssis Dodge de la compagnie Pierreville, et on commande deux échelles de 100 pieds sur châssis Kenworth K-121, un timonier et l'autre de style américain, de la compagnie Pierre Thibault. Les deux autopompes sont postées aux casernes 10 et 12, la mini-pompe à la caserne 12 et les deux échelles aussi aux casernes 10 et 12. Cette mini-pompe, est la première acquise par la Ville de Québec. Ce concept restera au service même jusqu'à aujourd'hui. En 1978, on commande une autopompe sur châssis Kenworth, fabriquée par Pierreville, et on la met en service en 1979 à la caserne 8. On commande aussi une mini-pompe chez Thibault et on achète sur le fait même les premières pinces de désincarcération. Cette nouvelle mini-pompe ira à la caserne 10 sur la 5e rue. Cette année marque aussi la fermeture de deux casernes : les casernes 3 et 5, sur les rues Dorchester et Dalhousie, laissent leur place à la nouvelle caserne 3 sur la rue St-Nicolas.

Pompe Kenworth / Pierreville 1979
(photo Serge Potvin)

Années 1980

La décennie des années 1980 débute par l'embauche de seulement 10 nouveaux pompiers donc, la majorité des pompiers du service restent ceux qui ont été embauchés en 1969, 1965, 1964 et auparavant. Du côté des casernes, aucune nouvelle caserne se rajoute à celles qui existaient à la fin des années 1970. Cependant, en 1982 et 1983, on ferme les casernes 13 et 14. On effectue aussi une renumérotation : la 12 devient la 1, la 3 devient la 2, la 8 devient la 3, la 10 devient la 4, la 2 devient la 5, la 4 devient la 6, la 11 devient la 7 et la 1 (sous l'hotel de ville), devient la 8. Durant la première moitié des années 1980, plusieurs véhicules sont acquis. En 1980, le service reçoit une nouvelle citerne à carburant et une nouvelle voiture à boyaux. Les deux ont été bâtis par le garage municipal sur des châssis International Cargostar. En 1982, une mini-pompe Chevrolet 4x4 et une échelle 100 pieds sur châssis International sont acquises de la compagnie Pierreville. L'échelle est mise en service à la caserne 2 sur la rue St-Nicolas et la mini-pompe va à la caserne 6 sur le boulevard de l'Ormière. Arrive ensuite, en 1983, une autre mini-pompe, une Chevrolet de 250 gpm et une maxi-pompe International de 1250 gpm. Ces deux véhicules sont aussi achetés chez Pierreville. Cette dernière est affectée à la caserne 2 et la mini-pompe est mise en service à la caserne 1. En 1986, on achète une mini-pompe GMC 4x4 de 200 gpm chez Thibault. Cette mini-pompe devient M2 et va à la caserne 2. En 1987, on retire du service l'échelle 83 qui datait de 1965. On transfert alors le timonier Kenworth / Thibault 1976 vers la caserne 3. Une nouvelle échelle est alors acquise chez Thibault pour devenir l'échelle 81. Celle-ci est un modèle de 100 pieds avec 5 sections, bâtie sur un châssis International. Cette échelle coûtera 308,323.65 $. En 1988-89 on achète deux véhicules : une mini-pompe GMC 4x4 de 200 gpm en 1988, de la compagnie Phoenix, et une pompe-échelle Spartan / Thibault 100 pieds de 1250 gpm. Cette dernière est achetée en 1989 et rentre est service comme pompe-échelle 64. Elle coûtera, quant à elle, la modeste somme de 479,630.62 $.


Accueil